Lundi 25

Mar 25 2013

C’est aujourd’hui l’anniversaire de mon grand-père. Depuis 3 ans, à cette même date, j’ai pris pour habitude d’ouvrir une bonne bouteille de vin. Je m’en verse un verre et je le lève vers le ciel pour y atteindre les songes de mon pépé en lui adressant quelques mots. C’est à chaque fois un crève-cœur, mais c’est pour moi essentiel. Son souvenir vit en moi tous les jours, j’entends encore sa voix légèrement voilée, je vois son sourire et ses belles dents, les rides de ses joues quand il souriait, je sens encore l’odeur de son après-rasage et les intonations de sa voix…
Il faut vivre avec ça maintenant, c’est ce qui est le plus dur.

Je suis dans une phase où je lis plus que je n’achète de bouquins, ce qui est une situation qui me va parfaitement. Très sincèrement, je ne suis plus dans le besoin et il faut à présent que je consomme ce que j’ai. Le contraire serait tout sauf productif et raisonnable.

J’ai eu une réponse de la part des deux intervenants de l’université à qui j’ai déposé mon récit de situation. Les retours sont très bons et je ne m’attendais pas à avoir une telle analyse par retour de mail. Je dois avouer que ça me propulse pour la suite. Demain, retour à l’université.

No responses yet

Leave a Reply